TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

vendredi 20 novembre 2009

La baronne Ashton à la tête de la diplomatie européenne

La Britannique, désignée Haut représentant de l'UE aux Affaires étrangères, a répondu jeudi à ses détracteurs.

En Grande-Bretagne, la baronne Catherine Ashton est presque inconnue du grand public quand elle est envoyée à Bruxelles pour devenir commissaire européen au Commerce, succédant à Peter Mandelson, rappelé au gouvernement l'année dernière par Gordon Brown.

À l'inverse de la majorité des politiciens en Grande-Bretagne, Catherine Ashton n'a pas été élue à la Chambre des communes avant d'obtenir un poste de responsabilité au sein de son parti. Issue de la société civile, elle a été anoblie en 1999 à la demande de Tony Blair pour pouvoir siéger à la Chambre des lords. En 2001, elle devient sous-secrétaire d'État au ministère de l'Éducation. En mai 2007, la baronne Ashton est nommée sous-secrétaire d'État au ministère de la Justice, un poste qu'elle ne gardera pas longtemps, car en devenant premier ministre, Gordon Brown la nomme présidente de la Chambre des lords, en charge des Relations du gouvernement avec cette assemblée. Le poste est relativement important, et elle intègre le cabinet à 51 ans, avec les ministres de premier plan. En octobre 2008, son départ à Bruxelles est une surprise, tout comme le retour en grâce de Peter Mandelson à Londres.

A ses détracteurs évoquant son manque d'expérience diplomatique, Catherine Ashton a répondu jeudi : «J'ai voyagé à travers l'Europe en tant que ministre de la justice» britannique et «j'ai toujours été une négociatrice». «Jugez moi sur ce que je ferai», a-t-elle lancé.