ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

dimanche 15 mai 2011


I.M.F. Chief, Apprehended at Airport, Is Accused of Sexual Attack

The managing director of the International Monetary Fund, Dominique Strauss-Kahn, was taken off an Air France plane at Kennedy International Airport minutes before it was to depart for Paris on Saturday, in connection with the sexual attack of a maid at a Midtown Manhattan hotel, the authorities said. 
 Mr. Strauss-Kahn, 62, who was widely expected to become the Socialist candidate for the French presidency, was apprehended by detectives of the Port Authority of New York and New Jersey in the first-class section of the jetliner, and immediately turned over to detectives from the Midtown South Precinct, officials said.
The New York Police Department arrested Mr. Strauss-Kahn at 2:15 a.m. Sunday “on charges of criminal sexual act, attempted rape, and an unlawful imprisonment in connection with a sexual assault on a 32-year-old chambermaid in the luxury suite of a Midtown Manhattan hotel yesterday” about 1 p.m., Deputy Commissioner Paul J. Browne, the department’s chief spokesman, said.
Reached by telephone, Benjamin Brafman, a lawyer, said he would be representing Mr. Strauss-Kahn with William Taylor, a lawyer in Washington.
“We have not yet been able to meet with our client and we may have more to say tomorrow,” said Mr. Brafman, who said he had been contacted late Saturday night. He said Mr. Strauss-Kahn was being housed at the police department’s Special Victims Unit.
Early Sunday morning, Mr. Brafman said that his client “will plead not guilty.”
Mr. Strauss-Kahn, a former French finance minister, had been expected to declare his candidacy soon, after three and a half years as the leader of the fund, which is based in Washington. He was considered by many to have done a good job in a period of intense global economic strain, when the institution itself had become vital to the smooth running of the world and the European economy.
His apprehension came at about 4:40 p.m., when two detectives of the Port Authority suddenly boarded Air France Flight 23, as the plane idled at the departure gate, said John P. L. Kelly, a spokesman for the agency.
“It was 10 minutes before its scheduled departure,” Mr. Kelly said. “They were just about to close the doors.”
Mr. Kelly said that Mr. Strauss-Kahn was traveling alone and that he was not handcuffed during the apprehension.
“He complied with the detectives’ directions,” Mr. Kelly said.
The Port Authority officers were acting on information from the Police Department, whose detectives had been investigating the assault of a female employee of Sofitel New York, at 45 West 44th Street, near Times Square. Working quickly, the city detectives learned he had boarded a flight at Kennedy Airport to leave the country.
Though Mr. Strauss-Kahn received generally high marks for his stewardship of the bank, his reputation was tarnished in 2008 by an affair with a Hungarian economist who was a subordinate there. The fund decided to stand by him despite concluding that he had shown poor judgment in the affair. Mr. Strauss-Kahn issued an apology to employees at the bank and his wife, Anne Sinclair, an American-born French journalist.
In his statement then, Mr. Strauss-Kahn said, “I am grateful that the board has confirmed that there was no abuse of authority on my part, but I accept that this incident represents a serious error of judgment.” The economist, Piroska Nagy, left the fund as part of a buyout of nearly 600 employees instituted by Mr. Strauss-Kahn to cut costs.
In the New York case, Mr. Browne said that it was about 1 p.m. on Saturday when the maid, a 32-year-old woman, entered Mr. Strauss-Kahn’s suite — Room 2806 — believing it was unoccupied. Mr. Browne said that the suite, which cost $3,000 a night, had a foyer, a conference room, a living room and a bedroom, and that Mr. Strauss-Khan had checked in on Friday.
As she was in the foyer, “he came out of the bathroom, fully naked, and attempted to sexually assault her,” Mr. Browne said, adding, “He grabs her, according to her account, and pulls her into the bedroom and onto the bed.” He locked the door to the suite, Mr. Browne said.
“She fights him off, and he then drags her down the hallway to the bathroom, where he sexually assaults her a second time,” Mr. Browne added.
At some point during the assault, the woman broke free, Mr. Browne said, and “she fled, reported it to other hotel personnel, who called 911.” He added, “When the police arrived, he was not there.” Mr. Browne said Mr. Strauss-Kahn appeared to have left in a hurry. In the room, investigators found his cellphone, which he had left behind, and one law enforcement official said that the investigation uncovered forensic evidence that would contain DNA.
Mr. Browne added, “We learned that he was on an Air France plane,” and the plane was held at the gate, where Mr. Strauss-Kahn was taken into custody. Later Saturday night, Mr. Browne said Mr. Strauss-Kahn was in a police holding cell.
Mr. Browne said the city’s Emergency Medical Service took the maid to Roosevelt Hospital for what Mr. Browne described as treatment for “minor injuries.”
No matter the outcome of Saturday’s episode, it will most likely throw the French political world into turmoil and the Socialist Party into an embarrassed confusion.
Mr. Strauss-Kahn, a leading member of the party, has been considered the front-runner for the next presidential election in France in May 2012. Opinion polls have shown him to be the Socialists’ most popular candidate and running well ahead of the incumbent, Nicolas Sarkozy, who leads the center-right party.
France has been waiting for Mr. Strauss-Kahn to decide whether to run for his party’s nomination in a series of primaries, which would mean giving up his post at the fund.
The view in France was that if Mr. Strauss-Kahn wanted to run, he would have to make his intentions clear early this summer, and most politicians and analysts have been predicting that he would not be able to resist the chance to run the country.
Mr. Strauss-Kahn contested for the nomination five years ago, losing to Ségolène Royal, who ultimately lost a second-round runoff to Mr. Sarkozy. Mr. Sarkozy then arranged for Mr. Strauss-Kahn to get the I.M.F. job, partly to remove a popular rival from France’s political landscape.
Mr. Strauss-Kahn was the French minister of economy under the Socialist prime minister Lionel Jospin, from 1997 to 1999, and he has also been a professor of economics at the Paris Institute of Political Studies.
In 1995, he was elected mayor of Sarcelles, a poor suburb of Paris, and married Ms. Sinclair.
The couple are known to enjoy the finer things in life, and Mr. Strauss-Kahn has sometimes been attacked for being a “caviar leftist.”
Recently Mr. Strauss-Kahn and his wife were photographed entering an expensive Porsche in Paris belonging to one of their friends. The image of a Socialist with Porsche tastes was quickly picked up by the news media, especially the newspapers that generally support Mr. Sarkozy.

William K. Rashbaum and Colin Moynihan contributed reporting.

FMI : l'arrestation de DSK va-t-elle retarder les réformes ?

Selon un haut responsable grec, l'arrestation du directeur général du Fonds monétaire international pourrait retarder la mise en oeuvre du plan de sauvetage mis au point par le FMI et l'Union européenne pour la Grèce. 
 Inculpé dimanche à New York pour agression sexuelle et placé en garde à vue, le président du FMI Dominique Strauss-Khan ne se rendra probablement pas à la réunion des ministres des Finances de la zone euro prévue lundi à Bruxelles sur la Grèce. Or, depuis un an et demi, le politique français avait joué un rôle clé dans ces tractations. Selon un haut-responsable grec, ses déboires judiciaires sont donc de nature à retarder les réformes engagées et notamment la mise en œuvre du plan de sauvetage pour la Grèce. "Dominique Strauss-Kahn avait une très bonne connaissance de la situation grecque", a déclaré le haut responsable grec sous le sceau de l'anonymat. Il a cependant ajouté que cela n'entamerait en rien la volonté d'Athènes de poursuivre les réformes nécessaires pour sortir le pays, qui a dû avoir recours à un plan du FMI et de l'UE de 110 milliards d'euros, de la crise. "L'affaire tombe mal pour la zone euro", a également jugé un diplomate européen.Partisan très tôt de programmes d'aide, DSK a milité discrètement mais avec insistance, auprès des Etats rétifs à délier les cordons de la bourse, afin qu'ils agissent et a exhorté l'Union monétaire à se doter d'un mécanisme financier d'entraide. Le FMI participe à hauteur d'un tiers aux côtés des Européens au financement des prêts accordés à la Grèce (110 milliards d'euros), à l'Irlande (85 milliards d'euros) et bientôt au Portugal.
Le FMI laconique
Les discussions prévues dimanche à Berlin entre Angela Merkel et Dominique Strauss-Kahn ont été annulées par l'Allemagne. Le FMI a décidé de n'envoyer personne à sa place. Dans un communiqué laconique, le FMI s'est déclaré "fonctionnel et opérationnel" "M. Strauss-Kahn a fait appel à un conseil juridique et le FMI n'a pas de commentaire à faire sur l'affaire", a indiqué Caroline Atkinson, directrice des Relations extérieures du Fonds, ajoutant que "toutes les demandes doivent être adressées à son avocat personnel et aux autorités locales".

Inculpé d'agression sexuelle, Strauss-Kahn dément

Le directeur du FMI, qui a été arrêté samedi soir après la plainte d'une femme de chambre d'un hôtel de Manhattan, devrait être présenté dans la journée à un juge. Il plaidera «non-coupable».

Dominique Strauss-Kahn, inculpé dimanche d'agression sexuelle et de tentative de viol aux Etats-Unis, nie tous les faits qui lui sont reprochés et va plaider non coupable, a indiqué à l'Agence France-Presse son avocat William Taylor.
Le directeur général du Fonds monétaire international a été formellement inculpé par le parquet de New York d'agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration. Quelques heures avant, il avait été arrêté à l'aéroport de New York après la plainte d'une femme de chambre d'un hôtel new-yorkais. Le directeur général du FMI devrait être présenté dans la journée à un juge. Dimanche à la mi-journée (heure de Paris), il était toujours détenu dans un commissariat de Harlem et devrait y rester jusqu'à son transfert au parquet (fin de journée, heure de Paris).
Dominique Strauss-Kahn a été interpellé samedi à 16h45 (heure locale) à l'aéroport John F. Kennedy, juste avant son décollage pour Paris.
Selon différentes sources et notamment les médias américaincs, les faits se seraient déroulés à 13 heures dans une chambre de l'hôtel Sofitel de Manhattan. Une femme de ménage, âgée de 32 ans, serait entrée dans la suite de l'ancien ministre qu'elle croyait inoccupée pour la nettoyer. Dominique Strauss-Kahn serait alors sorti de la salle de bain nu et aurait tenté de l'agresser sexuellement.

Un départ «dans la précipitation»

La femme serait parvenue à se libérer et aurait aussitôt prévenu des membres du personnel de l'hôtel, qui ont contacté la police. Quand les forces de l'ordre sont arrivées sur place, DSK avait déjà quitté les lieux, laissant un téléphone portable (il en aurait plusieurs) et des effets personnels. La police new-yorkaise parle d'un départ qui semble avoir été précipité.
Des enquêteurs en civil de l'Autorité des ports de New York et du New Jersey sont alors partis le chercher à l'aéroport de JFK, où il avait déjà embarqué à bord d'un vol Air France qui s'apprêtait à décoller. «Nous l'avons mis en garde à vue et remis à la police de New York» (NYPD), a déclaré sous couvert d'anonymat un responsable de l'Autorité des ports de New York et du New Jersey.

Un scandale en 2008

Selon une source proche des milieux de l'enquête, des relevés d'ADN ont été réalisés mais les résultats ne sont pas encore connus. Toujours selon cette même source, le voyage de Dominique Strauss-Kahn vers l'Europe était prévu de longue date puisqu'il devait participer lundi à une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, puis faire un discours mercredi au 12e Forum économique. La thèse d'une départ précipité pourrait ainsi être remise en cause.
Le FMI a assuré qu'il restait «pleinement opérationnel», après l'inculpation de son directeur général, tout en se gardant de faire tout autre commentaire. Dominique Strauss-Kahn a reçu la visite samedi soir de Philippe Lalliot, consul général à New York «dans le cadre de l'exercice de la protection consulaire», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero. «L'ambassade de France et le consulat à New York sont mobilisés», a précisé le porte-parole. «Nous sommes et restons en contact étroit avec le FMI et les autorités américaines», a-t-il ajouté, sans plus de commentaire.
Depuis quelques semaines, Dominique Strauss-Kahn est la cible en France de critiques sur son train de vie, son patrimoine étant passé au crible dans la presse. Il venait de contre-attaquer en annonçant vendredi des poursuites judiciaires contre le quotidien France Soir. La suite de l'ancien ministre dans l'hôtel Sofitel était proposée à 3000 dollars la nuit, précise à ce titre le New York Times.
La carrière du directeur du FMI a été gravement menacée en octobre 2008 après la révélation d'une liaison extra-conjugale avec une économiste hongroise de l'institution. Mais Dominique Strauss-Kahn avait été blanchi de toute accusation d'abus de pouvoir par le conseil d'administration du FMI, qui lui avait reproché une «grave erreur de jugement». Son étoile sur la scène politique française n'a pas pâli de cette affaire, DSK continuant à caracoler dans les sondages au fur et à mesure que s'approche l'échéance présidentielle de 2012.

EN DIRECT. DSK vient d'être inculpé à New York pour agression sexuelle

Le patron du FMI et favori des sondages pour la présidentielle 2012 en France, Dominique Strauss-Kahn, a été arrêté samedi après-midi à New York, alors qu'il s'apprêtait à décoller pour la France à bord d'un avion d'Air France.
 Une femme de chambre de l'hôtel Sofitel de New York l'accuse d'avoir tenté de l'agresser sexuellement. DSK est actuellement en garde à vue pour être interrogé par la police de New York.

- 8h55. La police new yorkaise annonce que Dominique Strauss-Kahn vient d'être inculpé par le parquet pour agression sexuelle, tentative de viol et séquestration.

- 8h50. «Il faut se garder de toute conclusion avant que Dominique Strauss-Kahn ne se soit exprimé», déclare à l'AFP Jean-Marie Le Guen, député PS de Paris, proche du directeur général du Fonds monétaire international. «Et puis, et surtout, cette affaire ne ressemble en rien à DSK, l'homme que nous connaissons tous».

- 8h30. A Paris, Dominique Paillé, membre du Parti radical, réagit sur BFM-TV à l'arrestation de DSK. «Si par hasard il était inculpé je ne vois pas comment le Parti socialiste pourrait ne pas auprès de Dominique Strauss-Kahn déployer les arguments nécessaires – et là ils sont faciles à déployer - pour veiller à ce qu’il ne se porte pas candidat à la candidature… »

- 8h20. Sur BFM-TV, Stéphane Le Foll, député européen PS, proche de François Hollande, réagit à l'arrestation de DSK. «Depuis le début on a cherché à s’engager (avec ) dans cette Primaire sans se préoccuper de ce qui se passait chez les autres candidats ou ceux qui pouvaient être candidats. Des informations arrivent aujourd’hui ; cela ne changera pas la ligne qui est la nôtre. Ca changera peut-être le contexte mais ça ne changera pas notre ligne».

- 8 heures. «De quoi s'agit-il ?» Deux sources policières ont raconté au New York Post que c'était par ces mots que DSK avait réagi quand des enquêteurs portuaires étaient venus le chercher dans l'avion.

- 7h50. DSK aurait pris contact avec deux avocats, l'un à New York, l'autre à Washington, selon le correspondant de France Info. Une fois l'inculpation prononcée se posera la question de sa remise en liberté et de la remise de son passeport, qui lui a évidemment été confisqué. Le consul de France à New York aurait d'ores et déjà pris contact avec lui.

- 7h30. A Roissy-CDG, tous les passagers du vol AF23 sont maintenant débarqués. Un seul dit avoir avait remarqué la présence de DSK à bord avant le décollage, et aucun ne mentionne avoir vu l'arrestation. Sur les panneaux d'information, selon le reporter du, le statut du vol n'a été mis à jour qu'une fois tous les passagers sortis.

- 7h00. Selon le correspondant à New York de France Info, DSK, sur le point d'être inculpé pour acte sexuel criminel, séquestration et tentative de viol, plaiderait non coupable.

- 6h45. DSK est toujours entendu par les policiers new yorkais dans un commissariat de Harlem. Selon CNN, il refuserait de répondre aux questions.

- 6h35. Plusieurs sondages concernant DSK paraissent ce matin dans la presse française. Dans une enquête Harris Interactive réalisée pour le «Parisien/Aujourd’hui-en-France», les sondés se montrent cléments envers le patron du FMI dans l'affaire de la Porsche. Par ailleurs, dans un sondage Ifop pour le JDD, l'avance de DSK par rapport à François Hollande dans la campagne présidentielle se réduit très nettement.

- 6h20. L'avion qui devait transporter DSK à Paris est attendu dans les prochaines minutes à Roissy. De nombreux jounalistes sont sur place, a constaté un reporter du

- 6h05. Dominique Strauss-Kahn «va être inculpé d'acte sexuel criminel, de séquestration et de tentative de viol», affirme un responsable de la police de New York devant le commissariat de Harlem où le patron du FMI est gardé à vue. L'inculpation devrait intervenir dans la nuit.

- 5h30. Contacté par l'AFP, l'avocat de DSK à Washington, William Taylor, a indiqué qu'il n'avait pas réussi à joindre son client depuis l'éclatement de l'affaire.

- 5 heures. DSK est en garde à vue dans un commissariat de Harlem, à New York.
«Il est interrogé sur une présumée agression sexuelle. Il n'a pas été inculpé», a précisé le porte-parole de la police new-yorkaise (NYPD), Michael DeBonis.

- 4 heures.
La presse américaine rappelle «l'affaire Piroska Nagy», du nom de cette ex-responsable du département Afrique au FMI, avec laquelle DSK avait reconnu avoir eu une liaison en 2008. L'enquête avait établi qu'elle n'avait bénéficié d'aucun traitement de faveur, et qu' «il n'y a pas eu de harcèlement, ni de favoritisme ni aucun autre abus de pouvoir». Mais le FMI lui avait reproché une «grave erreur de jugement».

- 3h45. Selon un porte-parole de la police new-yorkaise, cité par le New York Times, l'agression présumée aurait eu lieu vers 13 heures (19 heures en France) lorsque la femme de chambre, âgée de 32 ans, est entrée pour nettoyer la chambre de DSK, croyant qu'elle était inoccupée. «Il est sorti de la salle de bains, complètement nu, et a essayé de l'attaquer sexuellement», a-t-il affirmé. Elle aurait ensuite réussi à s'échapper et «a prévenu le personnel de l'hôtel qui a appelé le 911. Quand la police est arrivée, il n'était plus là». Les enquêteurs auraient trouvé son téléphone portable dans la chambre d'hôtel, indice, selon eux, d'un départ précipité.

- 3h25. Dominique Strauss-Kahn devait participer lundi à une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, puis faire un discours mercredi au 12e Forum économique de Bruxelles, un événement organisé par la Commission européenne. Le lendemain, le 19 mai, il avait prévu un discours devant un centre d'étude de Washington sur l'économie internationale, le Peterson Institute, portant sur : «Reprise et coopération mondiales: les défis à affronter».

- 3h10.
Selon un porte-parole du bureau du procureur du district de Manhattan, cité par le New York Times, Dominique Strauss-Kahn n'a pas encore été «formellement inculpé» dans cette affaire.

- 2h50. La police new-yorkaise confirme que DSK a été arrêté à l'aéroport JFK de New York avant son départ pour la France. Il a été placé en garde à vue et est interrogé pour une agression sexuelle présumée envers une employée du Sofitel de New York, situé près de Times Square.

- 2h10. Selon le New York Times, «M. Strauss-Kahn a été débarqué d'un vol Air France par des agents de l'Autorité des ports de New York et du New Jersey et remis à des enquêteurs de Manhattan». D'après le journal, «il était 16h45 quand des enquêteurs en civil de l'Autorité des ports de New York et du New Jersey ont soudainement embarqué à bord du vol Air France 23 (...) et emmené M. Strauss-Kahn en garde à vue», a déclaré John Kelly, porte-parole de l'Autorité. "Cela s'est passé 10 minute avant le départ prévu du vol", selon le porte-parole cité par le journal.

- 1h45. Le directeur général du FMI Dominique Strauss-Kahn a été arrêté samedi à New York quelques minutes avant son départ pour la France après avoir été accusé d'agression sexuelle sur une employée d'hôtel, rapporte le New York Times, confirmant une information du «New York Post».