TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

lundi 20 décembre 2010

La vie au bureau : Le bal des hypocrites

L'entretien individuel, moment d'échange rituel entre managers et collaborateurs se transforme trop souvent en règlement de comptes.

Martine Vlaminck-Moretti, la DRH, adore cette période de l'année traditionnellement dévolue aux entretiens individuels : cela permet véritablement de prendre le pouls de l'entreprise et d'établir, comme elle dit, un « moment d'échange privilégié entre managers et managés ». Elle a briefé tous les patrons de département de la boîte et donné « les éléments de langage ». En insistant sur les « risques psychosociaux ». Aussi leur a-t-elle fait un topo sur la manière de différencier une mélancolie passagère d'une vraie dépression liée au travail.
Le Guilloux, le chef des ventes, qui considère que son rôle est plus de ramener de l'argent que de psychanalyser ses n-1, ne change rien à ses habitudes : il la joue « à l'ancienne ». Dans son service, la première étape du processus consiste à établir avec son assistante le calendrier des rendez-vous en apportant un soin particulier au choix du premier et du dernier -comme pour les examens universitaires : il sait ces positions déstabilisantes.

Le Guilloux excelle en Excel

Il commence toujours ainsi :
-Alors, qu'est-ce que tu as fait pour MOI cette année ?
Puis il laisse son interlocuteur argumenter sans vraiment l'écouter, avant de relancer :
-Penses-tu vraiment mériter ton salaire ?
Au moment où il pose la question, il sort une feuille Excel qui détaille en quelque sorte les entrées/sorties de son subordonné. Ce geste suffit généralement à faire comprendre à l'interlocuteur qu'il sera très peu question de qualitatif durant l'entretien.
-Ecoute, tu me coûtes 70K euros par an, charges comprises, et tu ne m'en rapportes que 100. Tu dois faire mieux, sinon...
Parfois il conclut par une de ses formules rituelles : « Attention, je préfère te prévenir : pour moi, tu es plus près de la porte que de l'augmentation. » Moment d'échange privilégié...

Ambiance feutrée au bureau d'études

Chez Gomez, au bureau d'études, l'exercice prend un tour plus feutré. Un de ses traits de caractère, outre son perfectionnisme quasi maladif, est qu'il ne parvient pas à dire les choses simplement, quand il arrive à les dire.
Ainsi, « J'apprécie ta souplesse et ta créativité mais... » signifie en réalité : « J'en ai marre que tu arrives systématiquement avec une demi-heure de retard le matin et tu n'as aucune méthode de travail. »...
« Je vais voir si je peux t'augmenter l'an prochain... » : « En fait je verrai peut-être ça en 2013, si tu fais encore partie de l'entreprise. En raison des restrictions budgétaires, je n'augmenterai que deux personnes l'an prochain et ça me ferait mal que tu fasses partie du lot. »...
« J'apprécie de travailler avec toi... » : « T'es sympa, mais franchement je me demande si tu ne devrais pas changer de métier. »...
« Ta connaissance des nouvelles technologies est un plus » : « Que tu surfes deux heures par jour sur leboncoin.fr pour compléter ta collection de capsules de champagne, passe encore, mais le poker en ligne et les sites pour adultes, il faudrait quand même que tu arrêtes. »...
« Tu as encore un vrai potentiel d'évolution inexploité » : « Le mieux serait que tu démissionnes. »
Moment d'échange privilégié...