TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

lundi 15 septembre 2014

Terreur 2.0

Que faire face à cette envahissante « terreur 2.0 » puissamment diffusée sur la Toile et reprise en boucle sur les écrans de télévision ? Que faire, quand on sait que les djihadistes de l'État islamique – dont quelques âmes prudes voudraient taire le nom – font de ces images de décapitation d'otages des armes de propagande massive ? Une première réponse s'impose, même si elle est un peu sommaire. Évitons le plus possible de donner de l'audience à ces vidéos macabres dont on sait qu'elles servent à terroriser les opinions et à susciter des vocations en glorifiant un islam dépravé.
Il est évident que la censure des images, contraire à nos valeurs de liberté, ne réglerait pas tout. Mais elle éviterait que les décisions des pays frappés par cette barbarie soient prises sous le coup de l'émotion populaire plutôt que sous celui d'une réflexion stratégique. Cela éviterait des réactions parfois contradictoires. Ainsi David Cameron, d'abord hostile aux frappes aériennes en Irak et en Syrie, vient-il de réviser sa position après l'assassinat de l'humanitaire David Haines.
Ce que l'on voudrait attendre de la conférence de Paris, aujourd'hui, c'est une réponse globale à un défi global. Une réponse où chaque pays ne réagirait pas en fonction du sort de ses propres otages, mais en fonction de l'intérêt général. Une réponse qui ferait fi des erreurs passées des uns ou des autres, entre interventionnisme hasardeux ou passivité coupable. Une réponse dans laquelle il serait demandé aux « sponsors » d'hier des djihadistes, d'en finir avec les ambiguïtés.
Cette réponse globale ne devra pas nous dispenser d'une action « intérieure ». Le renforcement de l'arsenal législatif antiterroriste, présenté ce lundi par Bernard Cazeneuve, est nécessaire. N'en déplaise à ceux qui s'inquiètent, au nom de la liberté d'expression, du blocage des sites vantant les exactions meurtrières et recrutant les candidats au djihad. Mais là encore, la répression ne suffira pas. Que de jeunes Français, d'origine musulmane ou pas, se laissent séduire par une noire destinée pose question. Ne faut-il pas une terrible faillite morale et éducative pour générer une telle désespérance ?