TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

jeudi 25 septembre 2014

LCI, relève-toi !

Après six mois d'hésitations s'agissant du passage de LCI sur la TNT gratuite, le groupe TF1 porte l'affaire devant le Conseil d'Etat. Il est encore temps de sauver la chaîne d'information en continu, au nom du pluralisme.

La question d’LCI est symbolique. Elle interpelle tous les amoureux de l’info. LCI est une jeune fille de 20 ans. C’est déjà tout un parcours. En tous les cas, 20 ans : c’est trop jeune pour mourir !
LCI, c’est la chaîne qui réfléchit, qui recherche la différence et l’excellence. Elle a un fonctionnement particulier... Mais, comprenons-nous bien : il ne s’agit pas, ici, d’être "pour" LCI et  d’être "contre" BFM TV ou Itélé ! Bien sûr que non...

Si elles étaient menacées  par quoi que ce soit, je défendrais, BFM TV , Itélé, France 24 ou France infos, de la même façon. J’aime aussi leurs analyses. J’aime leur fougue même si, parfois, il y a du «hard news », comme l'on dit. Certes, mais ces journalistes font aussi un travail d'information formidable.
Comprenons-nous bien, encore  : il ne s’agit pas de défendre une forme de corporatisme mais des valeurs. L’information est une valeur démocratique, un pilier de la démocratie, elle est essentielle.

Sauver le pluralisme de l'info

Es qualité, spin doctor, je suis dans le domaine des idées avant tout, c'est-à-dire dans la production d’idées opérationnelles, dans la réflexion sociétale, dans la recommandation. Je me dois d’être en prise avec l’actualité. Je dois également bien la capter, la comprendre. Pour cela, j'ai besoin de pluralisme. Les spin doctors ont tous besoin de ces différents regards de journalistes, de saine concurrence, de décryptage, pour approcher, au plus près, le réel des situations.
Alain Weill est un conquérant, un homme de projets, qui va de l’avant et qui sait prendre des risques. Je l’ai rencontré, nous avons discuté. Je sais qu’au fond de lui, il comprend cette analyse sur le pluralisme. Les analyses comptables d’apothicaire sur la publicité sont une composante mais un leurre pour l’horizon du journalisme.
Aussi, sortons de l'univers des chiffres. Repensons l’avenir. Ensemble. Réfléchissons au sens de ce que nous devons préserver. Et, réfléchissons sur cet enjeu du pluralisme de l'info. Il ne peut être, non plus, pensé uniquement en termes de quantité de chaînes. Il doit l'être aussi et avant tout en termes de "qualité" de cette info. Or, cette "qualité" induit des moyens financiers. Il faut une pluralité de chaînes et pas avec une info au rabais, autrement dit un "pluralisme de la médiocrité" plutôt que de l'information de qualité. Toutes doivent avoir les moyens de travailler.
Nous sommes la France, terre de liberté, terre de maturité informationnelle. Nous sommes aussi un pays chargé d’Histoire, à l’origine de tellement d’avancées. C’est nous, tous ensemble, nous, le Peuple de France, qui  avons fait ce que nous sommes... 
Et, LCI : c est aussi notre affaire.
Les médias cheminent et vibrent avec nous. Ils jouent un rôle de caisse de résonance via l'opinion publique. Emile Zola a fait trembler les pavés de Paris, avec son « J’accuse », dans l’Aurore. Pierre Viansson-Ponté  a fait ressortir un climat du printemps de mai 68, avec « la France s’ennuie », dans Le Monde. Du côté, des politiques  François Mitterrand, lui, l'homme de l'écrit, a surpris par ses tribunes ou ses entretiens télévisés. Charles De Gaulle, a fasciné avec ses célèbres conférences de presse où il parlait à tous, avec ses mots teintés  d'humour… Chacun à sa manière, tous ont travaillé avec les médias. Cela ne s’oublie pas…
Maintenant, pardon pour le propos suivant, un peu simpliste mais qui reste un moteur intact : la France, ma France, ne doit pas oublier de faire résonner ses échos démocratiques. Elle a toujours été citée en exemple dans le monde. La vitalité de ses médias s'inscrit dans cette optique. Aujourd'hui, notre société est tellement marquée par le consumérisme, la dilution de l’information, la vitesse inouïe qui pulvérise tout et les changements profonds de civilisation.

Laisser le public trancher

Chacun sait qu'il faudrait désormais, un "électrochoc de confiance". Il faut un élan partagé, élan dont les médias doivent être partie prenante.
Je suggère, ici,  un sommet consacré à la pluralité, une réunion sur les chaînes d’information, une réunion globale, sans exclusive, avec des politiques, des médiateurs, pour sortir, par le haut, de cette impasse dans le champ de l’économie audiovisuelle...
Les dossiers sont faits de chair et de sang. Ce sont les femmes et les hommes qui décident, n'est ce pas ? Ces femmes et ces hommes doivent se regarder, dialoguer, penser ensemble et surtout trouver la solution optimale. Le politique doit  jouer son rôle d’écoute et de décision. Le politique ne pourrait-il mieux  épouser l’économie, pour agir ?
LCI aurait dû entrer dans le débat et devenir un sujet de société. Parlons en avant qu'il ne soit trop tard. C'est au public de trancher et d'avoir droit au chapitre. C'est à TF1 de protéger son enfant.
20 ans, c'est jeune !


Qui oserait abandonner son enfant, en pleine croissance et pleine adolescence ? Qui oserait dans un paysage médiatique qui ne demande que la diversité ? Qui oserait ?