TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

mardi 14 octobre 2014

Quelqu’un m’a dit...

Finie la lune de miel ? Oui et cent fois oui. Mr. & Mrs. Clooney se remettent au turbin, et ce n'est pas plus mal : il faut nourrir la famille à venir. Direction la Grande Pomme donc pour la vedette hollywoodienne qui assistera aujourd'hui au comic con de New York, et la Grèce depuis hier pour Amal Alamuddine.
L'avocate internationale, flanquée d'une dizaine de juristes du cabinet londonien Doughty Street Chambers, est chargée d´un dossier particulièrement épineux : la restitution des biens culturels que la Grèce réclame à la Grande-Bretagne. C'est-à-dire : 12 statues, 156 dalles de la frise du Parthénon, 15 métopes du temple d'Athéna Niké qui jouxte le Parthénon, et une cariatide servant de pilier. Au total, la moitié des chefs-d'œuvre de la colline sacrée, offerts en 1806 par l'Empire ottoman au diplomate britannique lord Elgin qui les a cédés au British Museum. Pour la Grèce, ces monuments historiques doivent retourner à leur pays d'origine. Le royaume va-il ou ne va-t-il pas céder ? That is the question... En attendant le dénouement de cet hitchcockien suspense, Mme Clooney va rencontrer le Premier ministre grec et visiter avec un guide le musée Acropolis, où tout un étage est pour l'heure consacré à des moulages en plâtre du décor original du site de l'Acropole, en attendant d'accueillir les œuvres et de les exposer dans le respect de l'aménagement initial. Les Grecs ne rêvent que de ça ! Les Britanniques qui ne veulent rien entendre proposent une alternative : prêter les marbres pour une manifestation ponctuelle. Amal Alamuddine Clooney a du pain sur la planche...
Le Harry's Bar entarbouché
Il était écrit qu'ils chemineront ensemble jusqu'à ce que mariage s'ensuive. Eh bien, la première étape est franchie. Noor Farès et Alexandre Khawam se sont fiancés à Londres. La créatrice de bijoux et le vice-président d'Africa Private Equity Team at Duet Group, firme de gestion d'actifs au Royaume-Uni, qui avaient révélé leur grand amour lors des noces de Fouad Mikati et Candice Abela à Monte-Carlo en août dernier, ont affiché leurs bagues devant un bataillon d'ami(e)s réuni(e)s à dîner au Harry's Bar du Mayfair. Pour célébrer l'évènement, la carte du menu, illustrée du portrait des fiancés coiffés du tarbouche libanais, a été fignolée par la célébrissime anglaise Lula, du Herself Magazine anglais. Une publication semestrielle arty pop et stylish, qui cristallise notre époque, qui bouscule la mode, amuse et stimule... Aussi, pour rester dans l'ambiance, les invités ont reçu le fez de grand-papa qu'ils ont vissé sur leur crâne avec majesté... Robert Solé aurait applaudi le tableau.
L'automne très arty-chaud
Concocté par Appeal et l'Université pour tous, un programme-sésame entend ouvrir les portes des domiciles des collectionneurs d'art. Liliane Menassa, Denise Eddé, les two sisters-in-law Nada et Maya Doumet, et une bonne quarantaine de personnes ont ainsi visité les cimaises privées d'Abraham Karabajakian et Roger Akoury, les collections d'Alex Démerdjian, de Karim Abillama et celles de son papa, Samir Abillama, amoureux de ses sculptures : Lalane, Jean Desmarets, Jean-Michel Folon et Xander Sponken, qui ont provoqué des ah et des oh d'admiration de la part des étudiants. Ce jour-là aussi, ces derniers ont jeté l'ancre à Alita/Byblos, arpentant en long et en large le temple Maqam, royaume de César Nammour et premier musée d'art moderne et contemporain au Liban. Et rien que pour le plaisir de l'œil, la balade valait le coup...
La promenade arty a remporté un tel succès que de nouveaux aficionados, dont Gisèle Chahine, Mona Moukarzel, Myrna Naccache et Hoda Skaff, sont venus grossir la liste des amateurs déterminés à explorer d'autres collections : celles de Ghassan Tuéni, de Jihad Abillama et son fils Farouk, de Taha Mikati et du Yachting Club à Zaytouna Bay. Une parenthèse enchantée qui a été suivie d'un déjeuner à l'hôtel Albergo, offert par Rita Nammour.
Peindre à l'Ixsir
Avis aux amateurs : Samir Abillama, Élie et Randa Gebrayel, Shirine Abdallah, Nassif et Vida Ragheb, Joëlle Bou Nassif, Hadi el-Assaad, Laurice Murr et Henri Debanné et ses enfants sont des artistes à suivre. Leur talent de coloristes a éclaté sur la toile lors d'un coucher de soleil à Basbina, et leurs œuvres pourraient se retrouver un jour en galerie ! Étienne Debbané n'a pas chômé non plus : comme à son habitude, mister Ixsir a proposé une visite guidée de sa magnifique cave avant que de faire sauter des douzaines de bouchons. Alors, soûls de vin et de peinture, ses invités, c'est-à-dire les quarante peintres en herbe inscrits aux cours d'art et création d'Élise Turk du Centre culturel du Collège Notre-Dame de Jamhour, ont ensuite salivé avec un enthousiasme quasi extatique sur le menu préparé par le chef Nicolas Audi. La soirée s'est terminée sur le rythme d'une house music qui les a immanquablement poussés à danser et voguer... au gré du vin.