TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

mardi 14 octobre 2014

Les leçons de l’histoire

Les leçons de l’histoire

Supprimer le poste de Premier ministre ? Cette fois-ci, c'est le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, qui le préconise. Il n'est pas le premier à suggérer « un nouvel équilibre incarné dans une VI e République », et veut imaginer un régime de type « présidentiel à la française » où le président de la République perdrait toutefois son droit de dissoudre l'Assemblée.
Réécrire une nouvelle fois la Constitution du 4 octobre 1958 est, en tout cas, la pire des solutions pour y parvenir tant l'histoire politique montre que, de retouches en retouches, l'esprit premier de la V e République a été dénaturé, dès, d'ailleurs, l'institution de l'élection du président de la République au suffrage universel, en 1962.
L'hyperprésidentialisation était en germe. Elle a connu, en 2000, avec l'adoption du quinquennat et l'alignement des législatives sur la présidentielle, une éclosion délétère. Ce référendum – boudé par les électeurs – montre comment une réforme présentée comme une modernisation nécessaire peut mettre en péril une nation.
La mission sur l'avenir des institutions que va présider Claude Bartolone serait bien avisée de réfléchir aux torts que des innovations aux conséquences mal évaluées peuvent porter à un État. Et si tant est qu'il faille des modifications, pourquoi ne pas faire table rase de tous ces empilements dictés par les circonstances, quand ce n'est pas par l'air du temps, et reconstruire un avenir en tirant les leçons du passé ?