TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

samedi 25 octobre 2014

La révolution...

La révolution...

  A n’en point douter, nous voilà repartis pour de grands changements. Pensez, les partis politiques songent à abandonner leur nom : leurs oripeaux ne leur conviennent plus. Sarkozy veut transformer sa vieille UMP, le Front national envisage de se débaptiser, Manuel Valls ne verrait pas d’un mauvais œil une nouvelle appellation pour les socialistes. L’audace est si générale, le débat d’idées fait tellement rage, la bataille qui oppose réformateurs et conservateurs si âpre qu’une révolution semble en marche. Méfions-nous : l’expérience nous a hélas appris que les politiciens sont plus doués pour le ripolinage que pour la reconstruction. Au fond, c’est comme le changement d’heure qui intervient ce week-end : six mois plus tard, tout change de nouveau et donc rien n’a changé.