TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

samedi 21 février 2015

L’indépendance paye

L’Égypte nous aurait-elle acheté le Rafale si nous avions dû demander une autorisation pour les vendre ?
Valeurs actuelles, qui a toujours défendu les capacités militaires de la France, s’en serait voulu de ne pas rendre hommage comme il convient à l’action personnelle menée, depuis 2012, par Jean-Yves Le Drian pour maintenir celles-ci envers et contre tout : dans le contexte économique actuel, bien sûr, mais aussi et peut-être surtout face à ses propres amis, dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils entretiennent un rapport compliqué avec la chose militaire…
Mais quels que soient ses qualités et son patriotisme, l’actuel ministre de la Défense aurait-il pu convaincre l’Égypte d’acheter le meilleur avion du monde qu’est le Rafale sans l’héritage de la “France aux mains libres” légué par le général de Gaulle ? Lisez le dossier que nous consacrons à la fois à la personnalité de Jean-Yves Le Drian et à cette vente, qui constitue un tournant géopolitique majeur : vous découvrirez que l’élément déclencheur de cette réussite française tient à la rencontre de deux volontés d’indépendance. Celle de l’Égypte, lasse de demander aux États-Unis l’autorisation de se défendre contre l’islamisme — en l’espèce, le droit d’armer ses F-16, comme naguère le Royaume-Uni, hors d’état de disposer de ses missiles nucléaires Polaris sans la “double clé” américaine ; et celle de la France dont l’industrie de défense n’a jamais confondu coopération et sujétion. Cette réussite à la fois technique et politique méritait un coup de chapeau. Le voici.