TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

jeudi 20 novembre 2014

Najat Vallaud-Belkacem : en dessous de la moyenne !

6 sur 20, c'est la note qu'ont obtenue certains professeurs recrutés aux concours. Et Najat Vallaud-Belkacem veut les multiplier...


La ministre de l'Éducation nationale vient d'annoncer, à l'occasion d'une visite à Bondy, la création de 500 postes d'enseignants supplémentaires en Seine-Saint-Denis d'ici 2017. Elle se félicite aussi de leur accroissement à l'échelon national : plus de 11 000 en 2015 contre 8 000 en 2014 pour le primaire, et 2 000 de plus pour le secondaire. Cette politique est présentée comme la panacée pour remédier aux échecs de l'école.
 
Ce dont la ministre évite soigneusement de parler, c'est du niveau des professeurs recrutés. Pour l'école élémentaire, certains ont été reçus avec des moyennes de 5 à 6 sur 20. Au collège et au lycée, ce n'est pas mieux. Les rapports de jury de Capes (Certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré) pour l'année 2014, qu'ils adoptent la langue de bois ou, au contraire, un discours de vérité, montrent que les exigences du ministère sont assez éloignées des critères d'excellence.

7 sur 20 en français et en maths !

En lettres modernes, la barre d'admission (la note du dernier admis) s'élève à 7 sur 20. Avec une note équivalente, un candidat au baccalauréat serait recalé à l'issue de l'oral... Le niveau de la "barre", dans cette matière, ne cesse de baisser : 9 en 2010, 7,5 en 2011, 7,25 en 2012, 7,15 en 2013. En maths, c'est un peu mieux, si l'on ose dire, avec 7,8 sur 20. Les sciences de la vie et de la terre ne recrutent pas à moins de 8 sur 20, et la philosophie exige 8,6 sur 20. Seule l'histoire-géographie s'approche de la moyenne avec 9,42 sur 20. Mais le plus extraordinaire, c'est que le jury de ce concours se félicite d'une si belle performance. Du coup, au vu du "vivier important de candidats", le ministère décide de recevoir tous ceux qui ont obtenu plus de 7,75 sur 20. Il eût été dommage de se priver de telles compétences !
Le seul, finalement, qui n'emploie pas la langue de bois, c'est Olivier Grenouilleau, le président du jury de l'autre concours d'histoire-géographie, réservé aux professeurs contractuels : "Le jury, écrit-il, a pu observer des lacunes graves et inquiétantes chez certains candidats qui ont déjà en charge des élèves. Les connaissances scientifiques de certains sont si minces qu'elles rendent difficile, voire impossible, toute réflexion didactique ou pédagogique." Il ne reste plus qu'une solution à Najat Vallaud-Belkacem : supprimer, aussi, les notes aux concours de recrutement des enseignants.