TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

dimanche 9 novembre 2014

De drôles de « zèbres »

Hollande « capitaine de pédalo ». On se souvient de cette formule de Mélenchon, lui-même capitaine d'un tandem PG\PCF qu'il a conduit directement dans le mur électoral. Mélenchon, celui qui pleurniche sur son score européen au lendemain de la fessée administrée par Marine Le Pen, reprochait, en 2011, sur BFMTV à la candidate à la présidentielle, d'« avancer comme un camion » et faisait don de sa personne pour faire rempart. Le camion lui est passé dessus, scrutin après scrutin, en poursuivant sa course folle vers 2017…
Nos drôles de zèbres de la politique ont de la suite dans les idées courtes. Sarkozy trouve qu'elle fait « hommasse » avec des allures de « déménageur ». Selon nos confrères du Parisien (dans Ça reste entre nous, hein ?), il revendique pour lui-même le port des rayures (« On ne change pas les rayures d'un zèbre », dit-il à son propos). L'inconvénient des zébrures, c'est que lorsqu'on s'agite, elles produisent un scintillement fatigant (à l'image des présentateurs de JT en costard zébré).
Face aux sondages déprimants, Hollande retrouve un peu la frite du côté de chez Parmentier. Sarkozy lui en fait le grief. L'« ex » préfère les pizzas qu'il n'hésitait pas à aller chercher à bicyclette, en 2009, du côté du Cap Nègre.
« Ach ! Kolossale finesse ces Franzosen ! », doit se dire Angela. Peuple indiscipliné, politiciens si… cartésiens. Elle doit avoir du mal à discerner de la grandeur dans le coq gaulois poussant de vains cocoricos, les ergots dans sa fiente.