TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

samedi 4 octobre 2014

Les médecins grecs en grève contre les coupes budgétaires

Les personnels de santé grecs ont observé une grève de 24 heures ce jeudi 2 octobre, à l’appel des syndicats nationaux de médecins et d’infirmiers. Environ un millier d’employés des hôpitaux et centres de soin ont également manifesté à Athènes. « Hôpitaux fermés = cimetières ouverts », proclamait l’une des banderoles noires du cortège.
Les grévistes protestaient contre les coupes budgétaires dans la santé publique. L’avant projet de budget 2015 de la Grèce doit être dévoilé lundi au Parlement et ne nécessitera pas de nouvelles mesures de rigueur, a pourtant promis Antonis Samaras, Premier ministre de la coalition droite-socialistes au pouvoir.

Une organisation des soins « dans le rouge »

Les syndicats se montrent plus alarmistes. Lors d’une conférence de presse organisée la semaine dernière, ils ont dénoncé la réduction de 60 % des dépenses de fonctionnement du système de santé publique depuis 2009. Ils ont décrit une organisation des soins « dans le rouge »et « à la limite des règles de sécurité » où un poste sur trois n’est pas pourvu.
Selon eux, onze hôpitaux, 10 000 lits et 30 000 postes ont été supprimés en quatre ans en Grèce et les patients sont appelés « à mettre toujours davantage la main à la poche » pour se soigner. Le secteur de la santé en Grèce, généralement décrit comme corrompu et dispendieux, a subi de plein fouet les effets de l’austérité avec des dépenses en baisse de 11% par an en moyenne depuis quatre ans, selon l’OCDE.