TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

lundi 22 septembre 2014

« Monsieur 80 % »

« Monsieur 80 % »

Puisque le retour de Nicolas Sarkozy aux « affaires » – politiques, s'entend – est officiel depuis vendredi après-midi, via sa page Facebook, l'une des rares interrogations subsistant encore autour de sa candidature à la présidence de l'UMP concerne le score qu'il réalisera au soir du vote interne programmé lors du congrès du parti, le samedi 29 novembre prochain.
En privé, l'ex-chef de l'État n'a de cesse de répéter qu'il fera « minimum 80 % ». Il semble, en effet, convaincu qu'il n'y aura pas de match, tant ses deux challengers ne font pas le poids. Selon un récent sondage Ifop, NicolasSarkozy reste ainsi la personnalité préférée des sympathisants UMP (69 %) pour diriger le parti, devant les deux seuls candidats déclarés que sont Bruno Le Maire (21 %) et Hervé Mariton (2 %).
Quoi qu'il en soit, cette candidature devrait lui rappeler de bons souvenirs : le 28 novembre 2004, celui qui était alors ministre de l'Intérieur de JacquesChirac s'était emparé du parti avec… 85,09 % des voix. Loin, très loin devantses deux rivaux d'alors, Nicolas Dupont-Aignan (9,10 %) et Christine Boutin (5,82 %). Ce qui fait dire à un proche de Fillon, jamais avare d'une petite pique (rapportée par Le Point) : « Si Sarkozy fait moins de 80 % face à Le Maire et Mariton, ce sera une défaite pour lui ».
Reste enfin l'hypothétique possibilité d'un second tour, à laquelle personne ne croit au sein de l'UMP. À commencer par son « ex-futur » chef. Hasard du calendrier, ce jour-là tomberait un 6 décembre, pour la saint… Nicolas !