TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

mercredi 3 septembre 2014

Le bla-bla du ministre

C'est sans doute parce que François Rebsamem supporte mal d'être le ministre du chômage, plutôt que celui du travail, qu'il a avancé hier une très imprudente idée. Il entend demander à Pôle Emploi de renforcer ses contrôles pour faire la chasse aux faux chômeurs et, éventuellement, les sanctionner. S'il s'agissait d'ajouter la colère des syndicats à la grogne des frondeurs, François Rebsamem ne pouvait pas mieux s'y prendre. Le sujet est trop grave pour qu'on moque un gouvernement qui, à défaut d'inverser la courbe du chômage, a spectaculairement retourné sa veste sociale. Lorsqu'elle était dans l'opposition, la gauche n'avait pas de mots assez durs pour condamner les velléités d'une droite sarkozyste s'en prenant aux plus faibles.
On pourrait, certes, se féliciter d'un retour du PS au réalisme s'il n'y avait dans la méthode retenue par François Rebsamem cette fâcheuse propension au bavardage intempestif. Pourquoi, à l'approche de rendez-vous décisifs avec les partenaires sociaux sur la réforme du Code du travail et la déréglementation du travail du dimanche, avoir dégoupillé au débotté cette grenade ? Pas étonnant que les syndicats aient dénoncé une stigmatisation. La chasse aux faux chômeurs ne saurait constituer la réponse au vrai chômage.
Tant de maladresses de communication, là ou sur les 35 heures, condamnent le gouvernement à d'incessants rétropédalages et pervertissent le débat pourtant nécessaire. Car il y a bien un problème de fraude au chômage, comme il y a des fraudes sociales, fiscales et autres. Sauf qu'on pourrait attendre de l'État qu'il s'y attaque sans besoin de le claironner.
La dramatique progression du chômage, avec ses incidences financières, ne sera pas résolue par la chasse aux resquilleurs. C'est notre régime d'indemnisation qu'il convient d'aménager. Les conditions d'ouverture des droits, la durée des indemnisations et leur plafonnement favorisant les hautes rémunérations, sont parmi les plus élevés en Europe. François Rebsamem a, hélas, abordé le problème par le petit bout de la lorgnette. Du pur bla-bla !