TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

mardi 21 avril 2015

L’ère des magouilles

Il ne faut pas se faire des illusions, avec un système politique français qui se crétinise à vue d’oeil, nous sommes déjà, deux ans à l’avance, en pleine campagne pour les présidentielles de 2017. La politique n’est plus pour l’essentiel au service du bien commun et des Français, mais largement détournée dans l’intérêt des politiciens qui ne font même plus semblant d’y croire. La proportionnelle, annoncée aujourd’hui comme une éventualité sérieuse par le président de la République en vue des prochaines élections nationales, est une véritable infamie. Elle consiste à rendre le pays encore plus ingouvernable qu’il ne l’est aujourd’hui en faisant entrer en masse au Parlement les partis extrémistes, de droite comme de gauche. Son principe fondamental est de rompre le lien personnel entre les électeurs et leurs représentants, pour donner aux partis politiques, qui composent les listes, un quasi monopole sur la désignation des futurs députés. Comment mieux aggraver le fracture entre le peuple et les élites politiques? Nous avons déjà connu cela en 1986 avec la proportionnelle de François Mitterrand. Ils ne changeront donc jamais. M. François Fillon vient de son côté de révéler la vraie nature des primaires « de droite » en annonçant qu’il se « désisterait » si nécessaire au profit d’Alain Juppé: un outil au service des combinaisons politicardes et en aucun cas un moyen de faire émerger de nouvelles propositions. Pendant les deux années qui viennent, pré-électorales, nous allons voir, à droite comme à gauche et aux extrêmes, déferler une vague de mensonges, de magouilles, de tricheries, de manoeuvres et de démagogie, étouffant les débats d’idées et de projets autour des grands problèmes de notre pays. Et pendant ce temps, le navire France continuera de sombrer. Que va-t-il en sortir? Je n’en ai pas la moindre idée