TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

mardi 16 décembre 2014

Mettre en pétard Angela !

À peine réélue à la tête de la CDU, triomphalement, elle a taclé son partenaire de la coalition gouvernementale, le SPD. C'est presque compulsif. La donneuse de leçon, Angela Merkel, venait tout juste de se payer l'Italie et la France dans une interview à la presse allemande.
On en arriverait presque à se demander : « Qu'est-ce qui pourrait bien lui casser les pieds, la mettre en pétard ? » Nicolas Sarkozy avait mis dans le mille en 2008 avec son Union pour la Méditerranée (UpM). Mais l'idée, bonne au départ, mégalo par sa démesure et brouillonne dans son élaboration, a donné un ectoplasme international composé de pays belliqueux et de dictateurs, parfois amis. Géographiquement écartée du deal, Angela avait froncé les sourcils et ramené Sarkozy à la raison. L'UpM, « machin » par excellence, ne devait servir à rien.
Aujourd'hui, Merkel ne veut pas de réelle relance en Europe, elle ne desserrera pas les cordons de sa bourse pour d'indispensables infrastructures en Allemagne ou pour une politique nataliste, elle aussi indispensable. Dont acte !
Une communauté économique méditerranéenne réduite à la France, l'Espagne, l'Italie, le Maroc, l'Algérie et la Tunisie, voilà une idée qui servirait de puissant accélérateur de croissance pour les pays concernés et ferait le pont, par capillarité, avec les pays déjà en forte croissance d'Afrique noire.
On objectera, « mais les traités ne permettent pas »… Qu'importe, il suffit d'agiter l'idée. De faire comprendre à Angela qu'à force d'être mauvaise coucheuse, elle finira par être trompée.