TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

mercredi 8 octobre 2014

Madame le président

Madame le président

Connaissez vous le dernier scandale de l’Assemblée nationale? Un député UMP, M. Julien Aubert, UMP, a été lourdement sanctionné – d’un quart de son indemnité parlementaire – pour avoir appelé sa collègue socialiste qui présidait une séance Madame le président plutôt que Madamela présidente.  Cette démesure semble trouver sa source dans l’idéologie du "genre" poussée jusqu’à l’hystérie et une sorte de démence narcissique. En général, on sanctionne un député pour des injures considérées comme extrêmement graves (Mitterrand, chef de l’Etat, traité de "collaborateur" par 4 députés RPR en 1981). Aujourd’hui, le couperet tombe pour une broutille des plus farfelues.  Pendant ce temps, la France est engagée dans des guerres au Moyen-Orient et en Afrique dont dépend l’avenir de la planète et des soldats français meurent sur le champ de bataille. Le pays ne parvient pas à sortir d’une crise – 5 à 6 millions de chômeurs – qui plonge toute une génération dans l’exclusion, le désœuvrement, le désespoir. 

Mais que fait l’Assemblée nationale? 

Elle bouillonne, s’enflamme et châtie l’un des siens pour un le à la place d’un la. On s’étonne ensuite que 78% des Français soient écœurés de la politique (CEVIPOF janvier 2014). 

Parler de "dérive totalitaire" me semble faire trop d’honneur à des comportements névrotiques, absurdes, dignes d’une cour de récréation, et encore…  La bêtise est comme un boulet qui entraîne la République par le fond. Pauvre démocratie française… Avec toutes mes excuses Madame le président.