TOUT EST DIT

TOUT EST DIT
ǝʇêʇ ɐן ɹns ǝɥɔɹɐɯ ǝɔuɐɹɟ ɐן ʇuǝɯɯoɔ ùO

lundi 15 février 2010

Les journalistes français enlevés en Afghanistan apparaissent dans une vidéo

Le ministère français des affaires étrangères et France 3 ont confirmé dimanche 14 février être en possession d'une vidéo des deux journalistes français de la chaîne de télévision publique enlevés en décembre en Afghanistan. La vidéo, qui aurait été tournée il ya troi semaines, montre les otages expliquant qu'ils sont bien traités et en bonne santé et en appelant au président Sarkozy pour que les négociations avec leurs ravisseurs aillent le plus vite possible.
Dans un communiqué, le Quai d'Orsay a appelé les médias à la discrétion pour ne pas compromettre le sort des deux otages. "A la suite d'informations relatives au contenu d'une cassette vidéo dans laquelle apparaissent nos deux compatriotes de France 3 enlevés le 30 décembre en Afghanistan, le ministère des Affaires étrangères en appelle à la responsabilité de tous", a expliqué la diplomatie française.

Le communiqué rappelle que "les services de l'Etat sont pleinement mobilisés depuis le 30 décembre et mettent tout en oeuvre pour obtenir la libération de nos deux compatriotes. Nous sommes en liaison constante avec les familles, la rédaction de France 3 pour laquelle ils travaillent ainsi qu'avec les autorités afghanes".

Le directeur des magazines d'information de France 3, Paul Nahon, est intervenu au début du journal télévisé de la chaîne. Il a dit que la France avait reçu, depuis le tournage de cette vidéo "d'autres preuves de vie". "On peut dire ce soir que nos deux confrères et leurs trois accompagnateurs sont en bonne santé et qu'ils sont bien traités", a précisé M. Nahon. Selon lui, "un contact a été établi par les autorités françaises avec les ravisseurs", se réjouissant du fait que "tous les services de l'Etat soient mobilisés depuis le 1er jour 24 heures sur 24 pour arriver à une issue heureuse".

Les deux journalistes travaillant pour le magazine "Pièces à conviction" de la chaîne France 3 ont été enlevés, avec trois accompagnateurs afghans, le 30 décembre sur la route entre Surobi et Tagab, dans la province de Kapisa, sous contrôle sécuritaire des troupes françaises. L'Elysée, par la voix de Claude Guéant, avait dénoncé une "imprudence vraiment coupable", suscitant l'ire des syndicats de journalistes.

LA PRESSE EST LIBRE, LES RISQUES QUE PRENNENT LES JOURNALISTES POUR UNE INFO SONT CE QU'ILS SONT ; A EUX D'EN ASSUMER LES CONSÉQUENCES.